Journal du site et du forum Swedenborg


 

 

Si vous souhaitez recevoir notre lettre mensuelle directement envoyez votre mail à :
cercleswedenborg@gmail.com


Lettre du mois d'avril 2019

Chers amis (es),

    Les enseignements de vie et de sagesse sont un feu que peu d'hommes sont capables d'approcher. Ils bousculent le petit moi terrestre, le confrontant en premier lieu avec sa petitesse et sa condition mortelle. Ils remettent constamment en question ses acquis, l'illusion de ce qu'il croit savoir et posséder, ses valeurs toujours trop égoïstes et souvent opportunistes. Ils l'engagent à faire son introspection, à réévaluer sans cesse tout ce qu'il pense, tout ce qu'il dit, tout ce qu'il fait, afin de s'assurer de son intégrité, ce qui va bien au-delà d'une quelconque morale religieuse. Il s'agit bien davantage d'une question de conscience, ou l'on pourrait mieux dire d'hygiène mentale, ou comme le disait mon professeur de méditation : « de transparence à la dimension de l'Être essentiel en soi ». Autant de valeurs d'acquisition qui conditionnent intimement nos destinées terrestres et supraterrestres. Tout cela, bien peu d'hommes sont capables de l'entendre et de le prendre à cœur. Pour ceux qui sont dans le mensonge, la manipulation, la spoliation de leurs prochains, pour leur pouvoir personnel et leur propre profit, ces enseignements leur sont insupportables au plus haut point, suscitant en eux, dans le meilleur des cas indifférence délibérée, dans le pire, haine et colère. Le Bouddha a été empoisonné, Socrate a été condamné à boire la cigüe, le Christ a été crucifié, les philosophes du siècle des Lumières ont régulièrement été accusés d'hérésie, emprisonnés ou exilés (Swedenborg en est un parfait exemple). De nos jours encore, combien de véritables humanistes, de défenseurs des droits de l'homme, de militants de la liberté d'expression, et d'écologistes, sont dans tant de pays persécutés, et parfois même assassinés.

    Il faut savoir qu'il n'y a pas de plus grand bonheur que d'être dans le bien et dans les choses vraies, pas de plus grande extase que de se tenir proche de la Source de vie et de lumière universelle, et que l'incompréhension, le désintérêt, l'oppression, et la mort même ne sont rien en regard de cela. Il n'y a pas de destins plus enviables et plus bénéfiques que ceux-ci.

    J'aimerais partager avec vous les paroles d'un de ces chants que nous élevons en offrande à l'occasion de chaque Huttes-Médecine (sauna amérindien) et méditation d'harmonisation mensuelles. Un chant qui fait une synthèse entre sagesse amérindienne, enseignements du Christ, et promesse eschatologique (doctrines ou croyances qui traitent du sort ultime de l'être humain et du monde) telle que symboliquement exprimée dans l'Apocalypse de Jean, avec en sus, une pointe du célèbre « Candide » de Voltaire, et un adage taoïste. Chant qui a la vertu de résumer en quelques mots l'essentiel du message.

 Le Chant des noces

 

Ô écoute ma voix qui crie dans le désert,
de ce monde soumis à la destruction.

Ouvrez des voies nouvelles qui vous rapprochent,
de la nature notre Mère sacrée.

Car l’homme sage boit son eau à la source,
et cultive son jardin dans le secret.

Celui qui veut venir avec moi,
qu’il renonce d’abord à lui-même.

À quoi sert-il de vouloir gagner le monde,
si c’est pour perdre sa conscience et sa vie.

Larges sont les voies qui mènent à la perte de soi,
étroit et resserré le sentier qui conduit.

Je suis le chemin, la lumière et la vie,
celui qui viendra marcher avec moi,

Je lui donnerai la lumière de la Vie,
il ne connaîtra plus les ténèbres de la mort.

Car je viendrai faire ma demeure en lui,
et nous boirons la coupe d’ivresse et de joie.

Venez, venez, vous tous les assoiffés,
boire à pleine gorgée l’eau de Vie.

Heureux ceux qui lavent leur robe blancheur,
ils mangeront du fruit de l’Arbre de Vie.

Dansez, dansez, dans l’amour et la joie
car voici, l’heure des noces a sonné.

    « Que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent ! » Pour le reste, nous vous informons que notre nouvelle étude intitulée : « Rencontre avec l'Être de Lumière dans les expériences de mort imminente (EMI), à la lueur des enseignements d'Emmanuel Swedenborg sur le Soleil spirituel : un nouveau paradigme pour les temps futurs » sera postée sur le forum dans le courant du mois de mai, et dans quelque temps, publiée sous la forme d'un petit livre d'une centaine de pages. Vous serez successivement informés de ces deux parutions par mail.

    Par ailleurs, nous avons le plaisir de vous informer qu'un « Index des sujets du site et du forum », c'est-à-dire une table des matières de tous les sujets traités, avec leurs liens actifs, est à présent disponible sur la page d'accueil du site. Il en facilitera grandement la navigation, en offrant une vision d'ensemble de tous les thèmes abordés, et en permettant d'accéder avec un clic immédiatement à n'importe lequel d'entre eux.

    Le site vient d'être également doté d'un « Journal du site et du forum » qui compile les « lettres mensuelles » qui vous informent régulièrement (depuis juillet 2018) de la progression des travaux, et qui proposent de surcroît à chaque fois quelques pensées spirituelles.

Tout avec vous, dans le feu des enseignements de vie et de sagesse.

Patrick Duvivier

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lettre du mois de mai 2019

Chers amis (es),

    J’aimerais soumettre à votre méditation ces trois citations, que je pensais initialement citer dans l’ordre chronologique du temps : 1758, 1989, 2014. Mais j’ai constaté, à leur relecture, une sorte de crescendo, à rebours de leur chronologie temporelle, dans la vision qu’ils nous dévoilent de la nature véritable de nos consciences humaines individuelles. Il est par ailleurs réconfortant de constater que ce qui était considéré, au temps de Swedenborg, comme une assertion purement mystique et déviante de la part du scientifique de renom qu’il était alors - qui ne pouvait encore être admis par la science officielle dominante de la deuxième moitié du vingtième siècle de John Eccles - est de nos jours, comme nous le rapporte si bien Bernard Baudoin, démontré par les travaux de centaines de scientifiques et d’équipes de recherche de par le monde.

    Je suis ému de vous annoncer que nous avons aujourd’hui l’extraordinaire privilège de vivre le triomphe du fabuleux mystère de l’âme humaine, si magnifiquement pressenti par Platon il y a 2400 ans, mais jamais si bien et si simplement exprimé que par Swedenborg en 1758. Mystère de l’âme ou de la conscience individuelle qui a, comme nous le verrons bientôt avec notre récente étude sur « La rencontre avec l’Être de lumière dans les expériences de mort imminente (EMI) », sa racine dans ce qui ne saurait se nommer d’aucun nom, mais que je vous laisserai découvrir à travers les témoignages de plus d’une centaine de personnes tout à fait ordinaires. De surcroît, nous inviterons Swedenborg à y ajouter son « grain de sel », afin que la fête soit complète !

    Cette étude sera très certainement postée dans le forum sur la vie après la mort dans le courant du mois de juin, et publiée dans la foulée sous la forme d’un petit ouvrage d’une centaine de pages. J’ai consacré une partie de ce mois-ci à chercher un financement pour le faire traduire anglais, afin de pouvoir l’éditer sur une plateforme d’autoédition simultanément dans les deux langues.

    « Nombre de scientifiques se rallient aujourd’hui à la théorie selon laquelle l’esprit, la conscience et le « moi » ne sont pas uniquement des sous-produits de l’activité électrochimique du cerveau. Là où la science traditionnelle nous disait auparavant que la conscience résultait du fonctionnement conjoint du cerveau, du corps et du système nerveux – résumé dans la célèbre formule BBNS (Brain, Body and Nervous System) -, nombre de scientifiques éminents envisagent aujourd’hui très sérieusement qu’il puisse y avoir quelque chose d’autre dans l’esprit que simplement le BBNS, quelque chose de l’ordre de « l’âme ». Le cerveau ne serait donc qu’un instrument relayant l’information entre l’extérieur et l’intérieur de l’individu, dans les deux sens, et la conscience, une entité distincte et subtile, interagissant directement avec lui. Comme le disait Sir Oliver Lodge (1841-1950), physicien britannique cofondateur de la société pour la recherche psychique : « La vie et l’esprit n’ont jamais été des fonctions du corps matériel, ils se manifestent par le moyen de l’organisme matériel ». Ce que signifient les résultats des recherches scientifiques les plus récentes, c’est tout simplement que la conscience n’est pas bloquée ou enfermée dans le cerveau : ce dernier ne produit pas la conscience, il n’en est que le réceptacle qui en facilite l’expression. Ils évoquent ainsi la possible existence d’une partie « non physique » de l’individu, qui ne serait pas soumise aux impératifs du temps et de l’espace, et qui aurait de ce fait la capacité à la fois de percevoir d’autres dimensions, mais aussi de « survivre » après la mort physique. »

(« La vie au-delà de la mort. Quand la science trouve des réponses », Bernard Baudouin, Éditions Trajectoire, 2014. Extraits, pages 39, 65, 114, 140, 144.)

    « Je maintiens que le mystère de l’homme est incroyablement diminué (à tort) par le réductionnisme scientifique et sa prétention matérialiste à rendre compte du monde de l’esprit en termes de simple activité neuronale. Une telle croyance ne peut être considérée que comme une superstition. Il ne fait pas de doute que chaque personne humaine reconnaît sa propre unicité et cela est accepté partout comme la base de la vie sociale et de la loi. Si nous demandons sur quoi se fonde cette croyance, la neuroscience moderne élimine toute explication. Une réponse superficiellement plausible à cette énigme consiste à affirmer que le facteur déterminant est l’unicité des expériences accumulées par un Moi au cours de sa vie. Il est bien vrai que notre comportement, nos souvenirs, en fait l’ensemble de notre vie intérieure consciente, dépendent des expériences accumulées pendant notre existence. Mais malgré les changements exigés par les circonstances à un moment donné, on sera toujours le même Moi, capable de retrouver dans sa mémoire sa propre continuité en remontant jusqu’aux souvenirs les plus reculés, vers l’âge d’un an, le même Moi sous des déguisements différents. Il ne peut y avoir élimination du Moi et son remplacement par un nouveau Moi ! Puisque les solutions matérialistes sont incapables d’expliquer notre expérience d’unicité, je me sens contraint d’attribuer l’unicité du Moi (ou de l’âme) à une création spirituelle d’ordre surnaturel. C’est la certitude de l’existence d’un noyau intérieur d’individualité unique qui rend nécessaire l’idée de cette création divine. Je prétends qu'aucune autre explication ne tient. Ni l'unicité génétique avec sa loterie fantastiquement impossible ni les différenciations dues à l'environnement, lesquelles ne déterminent pas l'unicité du Moi, mais ne font que la modifier. Cette conclusion est d'une importance théologique inestimable. Elle renforce notre foi en l'âme humaine et en son origine miraculeuse par création divine. Il nous faut reconnaître que nous sommes des êtres spirituels qui ont chacun une âme et que nous vivons dans un monde spirituel, tout comme il existe des êtres matériels dotés d’un corps et d’un cerveau et vivant dans le monde matériel. Nous pouvons considérer la mort du corps et du cerveau comme la dissolution de notre existence dualiste. L’âme libérée poursuit alors une vie différente, plus profonde, dans le cadre d’une existence renouvelée. »

(Citation du célèbre neurophysiologiste australien, lauréat du prix Nobel de physiologie et de médecine en 1963, Sir John Carew Eccles (1903-1997). « Évolution du cerveau et création de la conscience : à la recherche de la vraie nature de l’homme » (1989), traduction française, Flammarion, Paris 1994.)

    « Il y a trois choses qui constituent tout homme, et qui se suivent en ordre chez lui : l'âme (anima), le mental (mens) et le corps. Son intime est l'âme, son moyen est le mental, et son dernier est le corps. Tout ce qui influe du Divin dans l'homme influe dans son degré le plus intime qui est l'âme, descend de là dans son degré moyen qui est le mental, et par celui-ci dans son dernier, qui est le corps. En un mot, l'âme est l'homme lui-même, parce qu'elle est l'homme intime, cependant elle n'est pas la vie, mais seulement le plus proche réceptacle de la vie procédant du Divin, et ainsi l'habitacle de Dieu. De là elle est l'essence même de la vie chez l'homme. »

(« Du Ciel et de ses merveilles et de l'Enfer d'après ce qui a été entendu et vu », Emmanuel Swedenborg, 1758. Traduction de Le Boys des Guays, revue et corrigée, Paris, 1889. Numéros de chapitres, 101, 315. Édition originale très rare et en nombre limité, en vente sur le site : livres en vente )

Tout avec vous, dans le mystère bientôt dévoilé de notre véritable nature, et de celle de notre univers …

Patrick Duvivier

page précédente
page d'accueil