Le cercle de la régénération, une roue de la transformation.
 
 
 
 


    Ce cercle se développe autour d'un axe vertical constitué par un couple fondamental qui revient régulièrement dans les écrits de Swedenborg. Celui du soleil spirituel qui rayonne chaleur et amour d'un côté, lumière et sagesse de l'autre, et qui influent tous deux dans leurs réceptacles respectifs dans l'homme, à savoir la volonté : réceptacle de l'amour qui produit les affects ou les biens, et l'entendement : réceptacle de la sagesse qui produit la pensée et les vrais.

    Ce rayonnement émane du plus haut de l'univers à partir de ce que la Tradition nomme le "Ciel", pour descendre de plans en plans jusqu'à ce monde, la Terre. Cet influx de vie et de lumière est donc le lien qui relie le monde spirituel et le monde naturel, l'homme intérieur et l'homme externe, l'homme esprit avec la volonté et l'entendement à l'homme-corps physique avec la parole et les actes.
Cet influx Divin est le lien qui traverse et qui relie tous les mondes entre eux. En réponse à cette descente de la Lumière il y a une montée de l'homme vers la supraconscience Divine. Il y a donc un double mouvement, de descente du "Ciel" vers la Terre, et d'ascension de la Terre vers le "Ciel", de descente du Divin vers l'humain et de remontée de l'humain vers le Divin.

    C'est autour de cet axe que se développe le cercle de la régénération de l'homme, qui est le moyen par lequel va pouvoir s'opérer cette montée dans la conscience. Comme nous l'avons vu, Swedenborg divise généralement ce cycle en quatre grandes phases qu'il met en correspondance avec les quatre phases du cycle diurne, les quatre saisons du cycle annuel, les quatre phases de la vie végétale et les quatre âges de la vie humaine, tout en leur donnant une signification beaucoup plus psychologique et spirituelle. Il divise parfois aussi ce cercle en deux, trois, sept, douze, ou plus, selon les contextes. Dans tous les cas il s'agit toujours du même processus fondamental, qui amène l'homme naturel, non transformé, à s'intégrer et s'unifier en lui-même, en lien avec la source Divine et sa Création.

 
 

 

   Le cercle de la régénération est plutôt une spire ou une spirale ascendante, qui partant du plus bas de cet axe des mondes, atteindrait son sommet tout au bout de son long parcours.

    Le mouvement de cette véritable "roue de la transformation", part du bas, du naturel, pour atteindre en haut l'homme spirituel. Il part de l'inconscience pour atteindre à la supra-conscience, de l'ignorance pour atteindre à la connaissance.

   
 


   Cette "roue" débute avec le commencement de la seconde naissance et se termine, sans jamais s'achever conplètement, lorsque l'homme est, dans ses paroles et ses actes, en conformité absolue avec ce qu'il est au plus haut degré de lui-même, parfaitement transparent à la dimension de l'être essentiel qui habite pleinement son coeur et son esprit. Il n'est plus à errer perdu dans les champs de l'ombre, il n'est plus non plus un homme de foi, c'est-à-dire un "croyant", au sens éthymologique de "confiant", en chemin. Il est devenu un "connaissant", un témoin véritable de la lumière intérieure, en un mot un sage.

    Le temps des noces spirituelles, que tout dans la nature et la création prépare et célèbre, est arrivé. Ce n'est qu'à ce moment que l'homme entre dans sa véritable et pleine liberté, qu'il réalise sa "libération". Peu d'êtres humains atteignent ce niveau de réalisation spirituelle ici-bas, mais tous ceux qui s'engagent, dès cette vie, sur le chemin de cette transformation, le réalisent à un moment ou à un autre dans l'autre vie.

 


page précédente


page menu

page d'accueil