Cette série de douze pages développe d'une façon plus approfondie le thème absolument central de la vision et des enseignements de Swedenborg, celui du processus de régénération, succintement abordé au chapitre précédent, voir la page : un chemin initiatique

    L'ensemble du sujet est loin d'être couvert, il faudrait y consacrer encore de très nombreux chapitres et certainement même y dédier un bel ouvrage. Nous avons fait le choix de laisser de côté pour l'instant les chapitres trop techniques, capables de concerner davantage le psychologue ou le théologien, pour nous en tenir à une approche qui, abordant le sujet d'un point de vue psycho-spirituel, aura le plus de chance de concerner tout un chacun dans sa réalité immédiate.

 
     
 

De même que l'éternel est sans fin, de même la sagesse
qui croît dans l'éternité est sans fin.






 

 

Ineffable complexité


   Il y a d'innombrables arcanes concernant la façon dont l'homme est régénéré, mais à peine en parvient-il quelque chose à sa connaissance. Les choses qui se passent quand il est régénéré lui sont absolument inconnues. S'il en savait seulement une sur dix-mille, il en serait stupéfait, car c'est par ces arcanes innombrables et même indéfinis, que l'homme est conduit par le Divin.

(AC 3179)

    Un ange me décrivit la régénération, exposant dans leur ordre jusqu'à des centaines, les arcanes qui la concernent et remplissant chaque arcane d'idées dans lesquelles étaient des milliers d'arcanes plus internes, et cela depuis le commencement jusqu'à la fin.

    En outre dans un seul mot angélique, il y a d'innombrables choses qui ne peuvent être exprimées par les mots d'une langue humaine, car dans chaque mot qu'ils prononcent il y a un enchaînement continu d'arcanes de la sagesse, auxquels les sciences humaines n'atteignent jamais. C'est de là que les choses qui sont entendues dans le Ciel sont dites ineffables.

    Il exposa comment l'homme naturel est de nouveau conçu, "spirituel", comment il est comme porté dans un sein, comment il naît, il grandit et il est successivement perfectionné. D'après cela je vis clairement combien est grande leur sagesse et respectivement combien est grande l'ignorance de l'homme, qui sait à peine ce qu'est la régénération et qui ne distingue à aucun moment la progression pendant qu'il est régénéré.

(CE 269, voir aussi "Journal Spirituel" 5095)

   Les moyens pour perfectionner la vie spirituelle sont infinis en nombre et infinis en variété. Ces moyens se succèdent, un genre après un autre, depuis l'enfance jusqu'au dernier âge de l'homme, et après cela dans l'éternité. Comme ils se succèdent en croissant, les antérieurs deviennent les moyens des postérieurs et ainsi de suite jusque dans l'éternité, car de même que l'éternel est sans fin, de même la sagesse qui croît dans l'éternité est sans fin.

(DP 335)

   Tous ceux qui sont engendrés de nouveau par le Divin, le sont selon un processus qui varie en fonction de la nature et du caractère de chaque individu.

(AC 1554)

   Chacun est régénéré selon son état, parce qu'il en est autrement des simples que des savants, autrement de ceux qui s'appliquent à des études différentes, et aussi de ceux qui sont dans des emplois différents, autrement de ceux qui sont par leurs parents dans le bien que de ceux qui sont dans le mal, autrement de ceux qui dès leur enfance se sont jetés dans les vanités du monde, et autrement de ceux qui s'en sont éloignés plus tôt ou plus tard. Cette variété est infinie comme celle des physionomies et des tempéraments, mais néanmoins chacun peut être régénéré selon son état. Si tous peuvent être régénérés, c'est parce que le Divin est présent chez tout homme, que de là chacun a la vie, et par suite la faculté de comprendre et de vouloir, ainsi que le libre arbitre dans les choses spirituelles, et que ces choses ne manquent à aucun homme.

(VRC 580)

 
 

    On ne pourra manquer d'être impressionné par la clarté et la richesse de son propos, qui renvoie à deux niveaux de réalité qui dépassent d'emblée le simple domaine d'une connaissance humaine et terrestre. Ne dit-il pas que cette connaissance dépasse complètement le domaine auquel toutes sciences humaines pourraient prétendre ? En effet la sagesse à laquelle il se réfère est le fait d'une révélation, liée à une forme de communication privilégiée avec des niveaux de conscience et de réalité supérieurs. Il communique avec ceux qu'il nomme les anges, qui ne sont pour lui rien d'autre que des esprits d'hommes et de femmes spirituellement évolués.

    Une double pierre d'achoppement sur laquelle butera immédiatement tout esprit un tant soit peu "rationnel" et matérialiste. Mais l'homme, fort heureusement, n'est pas un être seulement rationnel, confiné à la seule réalité de ses cinq sens et d'une connaissance qui ne serait que mentale. Swedenborg nous le rappelle sans cesse, nous sommes aussi doués d'une forme d'intuition supérieure (ou de conscience intuitive) qui nous permet d'appréhender d'autres niveaux de réalité ou en tous les cas d'en avoir une certaine prescience. Comment sinon l'homme aurait-il pu, de la plus haute préhistoire jusqu'à Einstein, constamment assumer la double existence d'un Divin, d'un monde supérieur et d'une vie après la mort ?

    L'explication d'une simple stratégie imaginaire et fantasque, qui aurait eu pour seule mission de dénier la réalité d'un monde seulement fait de matière et d'un homme seulement doté d'une poignée d'atomes pensants destiné à une mort biologique définitive, assumée par les tenants d'une vision uniquement matérialiste, bute ici sur une réalité incontournable. Celle d'une expérience humaine qui assume, partout et depuis toujours, l'existence d'une réalité transcendante ainsi que la pérennité du principe de conscience. Cela va bien au-delà du simple "bourrage de crâne religieux", puisque cette connaissance existait déjà bien avant l'avènement des grandes religions, et qu'elle subsiste bien au-delà de "la mort de Dieu", annoncée par le célèbre philosophe Nietzsche.

   Si la grande majorité de l'humanité assume l'existence d'un Divin et d'une forme de survie par-delà la mort, c'est bien en vertu de cette faculté d'intuition supérieure et intime, qui lui permet d'accéder à cette dimension de notre réalité. Ceux, minoritaires, qui n'y ont pas accès, souffrent certainement d'un handicap dramatique, comparable à celui causé par la perte d'un membre, d'un organe ou d'une fonction vitale. Il faut dire que le mode de vie moderne, qui projette constamment l'individu dans la sphère sociale et médiatique, prédispose bien moins à l'exercice de cette faculté supérieure, qui nécessite une forme d'intériorisation, que seule l'immersion dans la grande nature, et un espace de solitude et de silence, rendent possible.

   Encore que, partout maintenant, de nombreuses disciplines potentiellement spiritualisantes, s'offrent à tous et qu'un nombre sans cesse croissant de gens s'y adonnent régulièrement. Je pense aux nombreuses techniques de massage, de magnétisme, de relaxation, de sophrologie, de méditation, de yoga, de tai-chi, de psychothérapies, et on pourrait allonger la liste indéfiniment, qui sont proposées à présent dans toutes les grandes cités et jusque dans les moindres petits villages de nos campagnes. Sans oublier évidemment les très nombreuses pratiques religieuses du monde qui ouvrent à présent leurs portes un peu partout : judaïsme, kabbale, christianisme, ésotérisme et occultisme, sociétés "secrètes" en tous genres, islam, soufisme, taoïsme, zen, bouddhisme, amérindianisme, chamanisme traditionnel et néo-chamanisme, etc. Toutes ces approches répondent justement au besoin vital en tout homme de pouvoir, de temps en temps au moins, se reconnecter à la source intérieure de toute vie, pour se réharmoniser au grand cosmos.

   D'autres part, hormis les charlatans de tout acabit, qui ne manquent jamais de profiter de cette étonnante soif de pratiques initiatiques, il y a toujours eu dans ce domaine des individus plus spécialement doués dans l'exploration de ces vastes champs de conscience, et qui de ce fait,  se sont imposés comme des spécialistes, des praticiens et des guides éclairés. Swedenborg est indéniablement dans ce domaine un des plus grands maîtres de tous les temps, une figure d'exception absolue. Ce qui rend encore plus incompréhensible le fait qu'il soit de nos jours si peu connu ou si mal connu, spécialement dans la communauté francophone.

    La raison d'être de ce site est précisément celle de pouvoir l'exhumer de l'oubli et de la lourde chape de préjugés sous laquelle il a été délibérément enseveli, pour le faire connaître de tous. Rien, en effet, ne dérange plus que ce qui sort du cadre de la normalité et qui ne peut être circonscrit par la raison bien pensante. Par ailleurs, pour ce qui concerne la France en particulier, le rejet chronique de toute pensée religieuse, spécialement chrétienne, doublé d'un anticléricalisme, certainement justifié par l'histoire dramatique d'une religion autocratique autant que génocidaire, a eu raison de toute approche qui pose Dieu, la Bible et le Christ comme prérogatives de départ. Il a donc fallu ici, autant que possible, désenclaver la vision de ce grand maître parmi les maîtres de son contexte théologique chrétien, pourtant totalement révolutionnaire. Rappelons qu'il a été considéré, par les factions les plus fondamentalistes des Eglises catholiques, protestantes et évangéliques de son temps, comme l'un des plus dangereux hérétiques de l'histoire, ce qui est évidemment tout à son honneur et qui devrait éveiller curiosité si ce n'est intérêt !

    A travers les pages qui suivent, Swedenborg va nous ouvrir les portes d'une connaissance qui descend d'en haut ! Il va nous propulser dans un voyage dont nous ne reviendrons pas tout à fait les mêmes, car contrairement à une pensée désincarnée, sa vision touche au coeur même de ce que nous sommes, pour nous dévoiler les leviers les plus secrets de notre destinée terrestre et supra-terrestre.

 

page suivante

page menu

page d'accueil