« Ce qu'on peut connaître de Dieu est pour nous manifeste,
puisque Dieu nous l'a manifesté.
Ce qui de lui est invisible, l'éternité de sa puissance et de sa divinité,
ses oeuvres depuis la création du monde l'ont rendu intelligible
et par là pleinement visible. » 
                                                                                                 (Rom 1 : 19-20)

« L'organisation de l'univers a jailli de la parole de Dieu,
de telle sorte que le monde visible provient du monde invisible. »

                                                                                                                              
                                                                                                                                             (Hé 11 : 3)

« En lui toutes choses ont été créées, sur la terre comme dans les cieux,
les êtres visibles comme les êtres invisibles. »

                                                                                            
                                                                                                                                             (Col 1 : 16)

 
 



Les deux visages du réel

    L'univers en général a été distingué en deux mondes, l'un spirituel et l'autre naturel. Le monde spirituel ne tire rien du monde naturel, car ils sont entièrement distincts et communiquent seulement par la voie des correspondances.

(DA 163, 83)

    Dans le monde naturel et dans ses trois règnes, il n'y a pas la plus petite chose qui ne représente quelque chose qui soit dans le monde spirituel, ou qui n'ait là quelque chose auquel il corresponde. L’ensemble du monde visible n’est que le théâtre représentatif du monde spirituel.

 (AC 2992, 5173)

    Toutes les choses du monde naturel viennent du Divin par le monde spirituel et tout ce qui existe dans le monde naturel tire son origine et sa cause de ce qui existe d’abord dans le monde spirituel.

(AC, 1808, 5116, 8211)

    Il y a deux mondes, le monde spirituel où sont les anges et les esprits, et le monde naturel où sont les hommes. L'homme a été créé de telle sorte, qu'il est à la fois dans le monde spirituel et dans le monde naturel : le monde spirituel est là où sont les anges et les esprits, et le monde naturel là où sont les hommes. C'est pour cela qu'il lui a été donné un interne et un externe, un interne par lequel il est dans le monde spirituel, un externe par lequel il est dans le monde naturel.

(AC 2990 ; VRC 83, 401)

    Le monde spirituel et le monde naturel sont tellement liés, qu'ils ne peuvent être séparés. Il y a une telle union, que si les anges et les esprits se retiraient de l'homme, il tomberait mort tel une souche, les anges et les esprits de même ne pourraient subsister si les hommes leur étaient soustraits.

(VRC 117)

    Par le monde spirituel, il est entendu non seulement le Ciel et l'enfer, mais aussi le monde des esprits qui tient le milieu entre le Ciel et l’enfer.

(VRC 117, 570)


    Il y a deux propriétés du monde naturel, qui font que toutes choses y sont finies : l'un est l'espace, et l'autre le temps. Le monde spirituel n'est pas, comme le monde naturel, dans l'espace et le temps, il est seulement dans une apparence d’espace et de temps. Dans le monde spirituel, il n'y a point d'espaces matériels, ni de temps qui y correspondent, mais néanmoins il y a des apparences d'espaces et de temps, et ces apparences sont selon les différences d'états dans lesquels sont les mentals des esprits et des anges. Ces apparences sont réelles, parce qu'elles sont constantes selon les états des esprits et des anges.

(VRC 27, 29, 280-281)

    L'homme est un petit monde spirituel en effigie. Chez chaque homme il y a monde spirituel et monde naturel, son homme interne est pour lui le monde spirituel, et son homme externe, le monde naturel.

(AC 4524, 2990)

    Le monde spirituel et le monde naturel ont été conjoints dans l'homme et il y a chez l'homme une descente du monde spirituel dans le monde naturel.

(AC 6057 ; 3702)

 
 

    Le monde est bien plus complexe et plus profond qu'il n'y paraît, surtout si l'on ne s'en tient pas qu'aux apparences extérieures et à ce qui ne nous vient qu'à travers l'expérience des sens. Car notre réalité a un double visage, visible et invisible, extérieur et intérieur, où l'un est l'expression de l'autre et vice et versa. Les deux, bien que totalement distincts, sont indissociablement liés l'un à l'autre par un jeu d'interdépendances complexes. Les deux faces du réel, esprit et matière, sont indissociablement unies, et il y a une respiration, un flux et un reflux réciproques de l'une dans l'autre et vice et versa.

    Le monde a donc une double face, une double nature, il est à la fois esprit et matière. D'un côté il y a l'univers visible, celui du monde naturel, de l'autre l'univers invisible, celui des mondes subtiles et spirituels. L'homme, à l'image du monde, est lui aussi à la fois visible et invisible, corps et esprit. Notre corps est bien palpable et donc bien réel, mais notre esprit, notre mental, notre coeur et notre raison, le sont-ils moins ? Certes ce ne sont pas des objets matériels qui s'inscrivent dans l'espace, mais n'en sont-ils pas moins "palpables" et bien réels ? Ils relèvent seulement d'un ordre de réalité différent.

    Le Divin est l'âme du monde, il rayonne son énergie créatrice d'abord au niveau le plus élevé de cette création, parce que le plus proche de Lui, c'est celui que la tradition nomme symboliquement "les Cieux". Ils forment le monde spirituel qui est l'esprit du monde, sa conscience et son mental. C'est là d'ailleurs que se forment en premier toute idée, tout sentiment, toute pensée. Ceux-ci influent ensuite dans le monde naturel, le monde extérieur qui en est en somme le corps.

    Il y a une descente de l'énergie créatrice qui s'écoule de plans en plans, générant à chaque niveau de réalité des formes nouvelles. Niveaux de conscience et d'existence qui se structurent les uns par rapport aux autres comme autant de couches ou d'enveloppes successives, à l'image d'une poupée gigogne.

    Le Divin rayonne ainsi son énergie de conscience et de vie, du plus haut au plus bas de l'échelle de cette création, jusqu'à son point de rupture ultime, le lieu d'inversion des forces, qui génère et qui décline à son tour, tous les plans de conscience et d'existence inférieurs et infernaux.

    A travers l'homme, libre de ses choix et de ses orientations, responsable de sa "régénération", il y a ensuite une remontée de l'énergie-conscience-vie vers le haut, de plans en plans, jusqu'à sa source originelle. C'est la grande respiration du cosmos, qui part du Divin pour aller jusqu'à l'humain, pour refluer de remonter ensuite, à travers l'homme en voie de transformation et d'accomplissement, jusqu'à la Source éternelle.  

 

    

page suivante

page précédente

page menu

page d'accueil